Skip to content

10 étapes pour augmenter le taux de survie après un arrêt cardiaque

Découvrez comment mettre en œuvre les bonnes pratiques

1

Établir un registre des arrêts cardiaques

La tenue d'un registre des arrêts cardiaques doit être au coeur même du processus d’évaluation. Des mesures tangibles doivent permettre de mesurer le degré d'amélioration observé à l'issue de la modification des comportements et des pratiques en matière de prise en charge de l'arrêt cardiaque. Cela permet d'ajuster les mesures prises en cas d'échec ou d'absence d'amélioration. Cette évaluation doit concerner tous les aspects de la prise en charge et pas uniquement le taux de survie observé.

2

Commencer une formation à la T-RCP avec amélioration de la qualité

Les correspondants du centre d’appels de secours sont la première interface de prise en charge, et constituent un maillon essentiel au sein de la chaîne de survie. De nombreux centres d’appels de secours ont mis en place des protocoles, sans parvenir à proposer une RCP guidée par téléphone (T-RCP) efficace, alors qu'il est aujourd'hui prouvé, qu'une identification de l’arrêt cardiaque associé à la pratique d'une T-RCP de qualité améliore considérablement les chances de survie du patient.

3

Mettre en œuvre une RCP haute performance

Pratiquer une réanimation cardio-pulmonaire de qualité signifie à la fois réduire le temps d'intervention et prodiguer au patient des gestes de qualité durant la réanimation. Les programmes continus de formation oeuvrant à l’amélioration de la qualité des gestes pratiqués apparaissent donc essentiels à l'accroissement du taux de survie des victimes d'arrêt cardiaque.

4

Déployer rapidement les services de secours

Chaque minute sans prise en charge (massage et défibrillation) prive une victime d'arrêt cardiaque de 10% de chance de survie. A l'inverse, chaque minute de RCP réussie augmente le taux de survie de 10%. Ces résultats nous rappellent à quel point il est vital d’intervenir dans les plus brefs délais. Identifier le plus rapidement possible un arrêt cardiaque et permettre un déploiement rapide des services de secours est donc tout à fait fondamental.

5

Évaluer les réanimations professionnelles

Le défibrillateur enregistre automatiquement les évenements et toutes les informations utiles à la compréhension de la situation. La collecte des données relatives au rythme cardiaque et à la RCP, seconde après seconde, synchronisée avec l’enregistrement vocal numérique, permet de replacer l’incident cardiaque dans son contexte, et d'en permettre une analyse fine.

6

Créer un programme DAE pour les premiers intervenants

Les premiers intervenants peuvent considérablement augmenter le taux de survie après un arrêt cardiaque. Une amélioration spectaculaire du taux de survie a d'ailleurs été constatée dans certaines villes où le personnel de police tenait à leur disposition des défibrillateurs. Pour garantir la réussite de ce programme, chaque agent de police a fait l'objet d'une formation complète aux gestes qui sauvent.

7

Utiliser des technologies intelligentes pour étendre la RCP et identifier l’emplacement des DAE

La prise en charge d'un arrêt cardiaque s'effectue en équipe. Les technologies intelligentes sont utiles pour alerter les intervenants en cas d’arrêt cardiaque survenu à proximité et peuvent permettre  d'identifier rapidement l’emplacement du DAE le plus proche. Rappelons que l'arrivée sur place, d'une personne formée aux gestes qui sauvent, avant les services de premiers secours augmente considérablement les chances de réussite de la victime.

8

Rendre obligatoire la formation à la RCP et au DAE dans les écoles et les communautés

Si la population du monde entier était formée à la RCP, le taux de survie serait doublé. Depuis plusieurs années, de nombreux pays intègrent une formation à la RCP dans leur programme scolaire. 34 États des États-Unis, font même de la formation à la RCP une matière obligatoire pour l'obtention du diplôme d’études secondaires. Cela signifie que plus de 2 millions d’étudiants sont formés à la RCP chaque année.

9

Objectif : responsabilisation

Tenir un rapport annuel des interventions des Services d'urgences permettrait de partager des informations cruciales, et utilisables pour promouvoir l’organisation, en cas de résultats positifs et pour revendiquer des moyens supplémentaires si les résultats n'atteignent pas les objectifs fixés. 

10

Viser une culture de l’excellence

Créer et promouvoir une culture de l’excellence est l’étape la plus complexe. Une culture de l’excellence exige une prise de conscience complète de la part de tous, et implique que le niveau de soin soit défini par des attentes et des performances élevées. Cela exige un leadership, une vision bien déterminée soutenue par un plan à long terme. Conserver une culture de l’excellence requiert une amélioration permanente de la qualité.